La pause opinion - archivesAccueil    

Opinions - archives - 2020


2023, 2022, 2021, 2019, 2018



Y a-t-il encore des journalistes consciencieux ?


7 octobre 2020
Comment voulez-vous avoir confiance aux journalistes qui ne donnent que la moitié de la nouvelle, c'est-à-dire la partie qui fait leur affaire ?

Trois sondages américains sont sortis le premier octobre :
- NBC/WSJ : Borden +14
- The Hill : Biden + 7
- IBD/TIPP : Biden +3
Nos supposés journalistes intègres et professionnels n'ont parlé que du sondage Biden +14.

Trois sondages américains sont sortis le quatre octobre :
- CNN : Biden +16
- SUSA : Biden +10
- CNBC : Biden +10
Devinez lequel des sondages ont choisi nos saints journalistes. Mais oui, le sondage Biden +16.

Oui on déteste Trump, mais ce n'est pas une raison pour fausser la nouvelle. Ne dire que la moitié de la nouvelle équivaut à tromper le lecteur. Pourtant les journalistes se pètent les bretelles en affirmant vouloir informer le lecteur. La moitié de l'information n'est pas une nouvelle mais de la propagande.

Pour ce qui est des chroniqueurs (blogues, opinions), leur valeur n'est pas plus importante que celle que l'on retrouve dans les médias sociaux. Il fut une époque où un journal publiait un éditorial par jour. Aujourd'hui, c'est une trentaine de chroniqueurs (JdM) qui donnent leur opinion pour ne pas dire leur propagande. Il semblerait que le lecteur ne peut plus penser par lui-même.


Des journalistes contaminés

Un article de l'AFP dit ceci : «Le comportement du président américain est scruté avec une attention particulière au moment où le nombre de personnes travaillant à la Maison-Blanche (journalistes compris) déclarées positives ne cesse de croître.»

Sérieusement ? Supposons que tout le personnel de la Maison-Blanche soit remplis d'idiots qui n'écoutent que Trump. Alors, les idiots de journalistes qui ont été déclarés positifs à cause de leur présence à la Maison-Blanche ne sont pas plus intelligents que le personnel. Le masque et le lavage de mains est pour tout le monde, même les journalistes.


Permis de rire de Donald Trump (Article de Marc-André Lemieux, JdM 5 octobre)

« D’habitude, c’est tabou de rire de quelqu’un de malade, indique Daniel Langlois, [...] mais comme Trump s’est déjà permis de rire publiquement des personnes handicapées ou encore de traiter des soldats tombés au combat de losers, la barrière est tombée. »

Sérieusement ? Mais oui monsieur Langlois, descendons à son niveau. Soyons tous des idiots, comme Trump !






Quart d'heure quotidien


 Mentions légales, information sur les cookies